COLLECT – Art beige et contemporain chez Cornette

Lors de la vente en art contemporain, prévue Ie 18 juin prochain chez Cornette de Saint Cyr, deux sculptures historiques et inédites de Jean Tinguely seront présentées, dont une de la série Baluba avec moteur, pour laquelle il utilisa divers objets quotidiens et des déchets de ferraille. Une magnifique oeuvre de Christopher Wool, de sa série Women (référence aux peintures de Willem de Kooning), vient s’y ajouter. Un remarquable ensemble de dessins de Keith Haring, provenant de la collection privée de Monsieur B, ami de l’artiste, sera accompagné d’un blouson en cuir marron et d’un casque de moto « graffés ». La vente comprendra également des sculptures de Niki de Saint Phalle, des Arman, deux petits bronzes peints de Stephan Balkenhol ainsi que d’autres bronzes de Barry Flanagan et de Max Ernst, escortés d’une méditation d’Ousmane Saw, de deux tapisseries – pièces uniques – de Kenneth Noland et d’une céramique de Sterling Ruby. Une bonne partie de cette vente, initialement prévue en avril, est dédiée è la photographie, avec notamment des éléments de la collection de Philippe Levy. Ce sera aussi l’occasion d’apprécier des Nan Goldin de la série Love Streams, des clichés de Roger Ballen, Dieter Appelt, Philip-Lorca DiCorcia, Andres Serrano, Sophie Calle, Candida Hofer et une Tower de Bernd & Hilla Becher pour ne citer que quelques noms. D’autres pointures de la photographie, comme Andreas Gursky, Louise Lawler, Wolfgang Tillmans, seront présentes aux cötés d’une video de l’artiste d’origine albanaise Anri Sala, qui mêle image, son et architecture. Par ailleurs, un large éventail d’artistes belges sera proposé, avec une grande peinture d’Alechinsky, des dessins au Bic de Jan Fabre, un Secret Garden d’Arne Quinze, une photographie et un dessin de Wim Delvoye, une toile embossée de Michel Mouffe, des ceuvres emblématiques de Michel Frangois, un assemblage de Johan Muyle, ainsi qu’un Guy Mees. Un ensemble inédit de multiples de Marcel Broodthaers complete également la vente. On pointera, en outre, une oeuvre en clartex et email de la reine du Pop, Evelyne Axell, intitulée Danseuses vertes ou Les CavalièresII (1967). Extrêmement rare sur Ie marché, chaque apparition d’ceuvre de cette artiste unique suscite l’enthousiasme des collectionneurs. On soulignera également une toile impétueuse d’Englebert van Anderlecht, datée de 1954, d’autant plus interessante qu’elle marque un jalon dans la carrière picturale de l’artiste qui renonce définitivement, cette année-la, a l’allusion figurative pour se tourner vers une abstraction extraite d’une matière dense. Plus insolite, une belle et rare collection de céramiques d’Antoine de Vinck, composée de quatorze pièces, offrira un panorama particulièrement pertinent sur la créativité et l’inventivité sans limites de ce maTtre beige. Pour completer cette vue d’ensemble, on se penchera sur l’abstraction géométrique de l’Après-Guerre, représentée par ses membres les plus influents